Transport maritime via Montréal : agrandissement du terminal à Contrecœur

Transporteurs

Le 1er février dernier, l’Administration portuaire de Montréal (APM) présentait son projet de développement d’un terminal à conteneurs à Contrecœur. Ce projet d’envergure a pour but de soutenir la croissance du marché des conteneurs, secteur qui favorise considérablement le développement économique de Montréal, du Québec et de l’est du Canada. De passage à la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain (CCMM) le 14 mai, madame Sylvie Vachon, PDG du Port de Montréal, a dévoilé les 3 axes autour desquels s’orientera le développement du Port au cours des prochaines années afin de soutenir la croissance du transport maritime :

  • Optimiser les infrastructures
  • Miser sur l’innovation
  • Aller de l’avant avec le projet d’agrandissement du terminal de Contrecœur

À l’occasion de la présence de Mme Vachon à la CCMM, notons également que l’honorable Marc Garneau, ministre des Transports du Canada, a annoncé un investissement de 45,8 millions de dollars pour le prolongement du boulevard de l’Assomption, une enveloppe qui est destinée à la Ville de Montréal. La PDG de l’APM a salué cette annonce, réitérant l’importance de cette voie d’accès qui facilite la circulation à l’entrée et à la sortie du Port de Montréal.

Dans cet article, nous nous intéressons au terminal de Contrecœur qui aura des répercussions positives sur nos activités de transport maritime.

Forte croissance du transport maritime via Montréal

D’ici quelques années, le Port de Montréal prévoit qu’il atteindra sa pleine capacité pour la manutention des conteneurs sur l’île de Montréal. En effet, selon les prévisions de trafics conteneurisés, Montréal verra le nombre de conteneurs manutentionnés augmenter de plus de 70 % d’ici 2030, passant d’environ 1,5 million de conteneurs à près de 2,5 millions de conteneurs, annuellement. Sachant que la capacité actuelle du Port est d’environ 2,1 millions (une fois la 2e phase du terminal Viau complétée), une solution devait être envisagée afin de faire face à cette croissance.

Selon Sophie Roux, vice-présidente aux affaires publiques au port de Montréal, ce n’est que « prudent de prévoir avoir suffisamment de capacité pour faire face à cette croissance. »

La phase 1 du projet de Contrecœur, estimée à 750 millions de dollars, fournira au Port, d’ici 2024, une capacité additionnelle de 1,15 million de conteneurs par année.

L’emplacement est stratégique, dans la mesure où il répond de multiples façons aux besoins et aux critères indispensables à la manutention de conteneurs, notamment :

  • La proximité des réseaux ferroviaires et autoroutiers
  • La géométrie et la superficie du site
  • La flexibilité du site sur le plan de son aménagement
  • L’impact minimal sur le milieu écologique et social

Une bonne nouvelle pour les importateurs et les exportateurs

Dans le contexte économique actuel, avec l’entrée en vigueur de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, notamment, une telle nouvelle arrive avec de nombreuses possibilités, pour le Québec, de tirer son épingle du jeu auprès d’acteurs majeurs du commerce mondial. Cela ne pourra que stimuler, par le fait même, les opérations des exportateurs et importateurs du Québec.

L’impact sera important pour tous les acteurs économiques du transport maritime montréalais : ils tireront profit de la présence de nouvelles entreprises, qui seront attirées par les possibilités découlant du projet de terminal, et qui pourront s’installer à proximité, en raison d’une modification dans le zonage.

Quelques chiffres révélateurs

  • Investissements de 750 millions de dollars
  • En pleine opération, 1 150 000 conteneurs par année
  • Création de 5000 emplois durant la construction
  • Création de 1000 emplois directs par la suite

Les enjeux écologiques ont été pris en compte

L’aspect de l’environnement a été pris en considération dans le développement du projet. Les études environnementales qui ont été déposées en peuvent être consultées sur le site Web de l’ACEE (Agence canadienne d’évaluation environnementale). Les mesures adéquates seront prises pour agir dans le respect de l’environnement. Selon la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain, un tel projet, « réalisé selon les meilleures pratiques, tant du point de vue de l’ingénierie que par son approche ouverte auprès des collectivités, et tenant compte de la sécurité et de l’écologie, doit être perçu de façon positive. »

Sources :

https://www.port-montreal.com/fr/agrandissement-contrecoeur.html

http://www.ccmm.ca/fr/nouvelles/blog_trois-axes-strategiques-pour-poursuivre-lexpansion-du-port-de-montreal/

http://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201802/01/01-5152208-contrecoeur-un-terminal-maritime-de-650-millions-et-de-1000-emplois.php

http://www.ccmm.ca/fr/nouvelles/blog_agrandissement_du_port_de_contrecoeur_determinant_pour_un_acteur_cle_de_la_metropole/

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1081493/developpement-port-montreal-contrecoeur-rainette-faux-grillon-poisson-impact-etude-environnement

Transporteurs
Bien planifier le transport de marchandises en période de dégel

Que vous soyez importateur ou exportateur, les bonnes décisions ont un impact assuré sur vos coûts et délais de livraison. Et en période de dégel, alors que la planification de la logistique de vos transports se complique, l’effet décisionnel est multiplié. Dans ce qui suit, les brèves explications vous aideront …